Bookmark and Share

« Que la Parole du Christ habite parmi vous dans toute sa richesse »

Temple d'Echallens (1/3)
Diffusé sur Espace 2 le 20-09-2015
Télécharger la prédication Créé un fichier PDF téléchargeable de la prédication
Ecoute
© J-F RaeberTélécharger le culte Clic droit puis "Enregistrer la cible sous"

En collaboration avec :

Espace2

Le culte du Jeûne fédéral propose de (re)découvrir la « Cantate de la Parole » de Claude Dubuis qui avait obtenu le premier prix au concours de composition organisé lors du 450e anniversaire de la Réformation.

A l'occasion du Jeûne fédéral, la méditation du pasteur Philippe Morel revient au coeur de la foi chrétienne, à sa source: la Parole de Dieu. La Parole, illustée en ce moment au temple d'Echallens par une œuvre d’art monumentale exposée et intitulée « Logos » (Parole), dans le cadre de l’exposition ArtEdifices.

Par conséquent, à Echallens, ce n'est pas de la Parole qu'il sera question de jeûner! Au contraire, Pilippe Morel se demandera comment cette Parole féconde-t-elle nos vies humaines par ses richesses et sa liberté?

Lire la suite

Une série de trois cultes à l'occasion des festivités du 150ème anniversaire de la construction du temple d'Echallens.

Extrait d'un article de Philippe Morel publié dans l'Écho du 18 septembre 2015

"Le musicien et compositeur Claude Dubuis naît le 23 novembre 1925 à Aigle où il fait ses classes. C’est dans cette ville qu’il débute en 1941 l’apprentissage du piano. Sa formation musicale passera entre autre par François Demierre à Vevey et Aloys Fornerod. Il obtiendra ainsi en 1948 le diplôme de la Société suisse de pédagogie musicale (SSPM) et au début des années 50, une virtuosité d’orgue, après un an d’étude chez les grands organistes et pianistes parisiens. À travers le piano et l’orgue, le musicien vaudois exprime sa sensibilité musicale avec un jeu délié, délicat et intime à la fois.

La riche formation de Claude Dubuis le conduit à être organiste et enseignant. Il sera notamment titulaire à Lausanne au temple Saint-Jean de Cour de 1961 à 1990 ainsi qu'au centre funéraire de 1973 à 1990. Cette charge l'incite à constituer un répertoire spécifique de 600 pièces correspondant à la demande des familles et aux liturgies les plus variées.

L'oeuvre du musicien est constituée de plus de 120 opus au style caractérisé par une sobriété classique. Ses Monades pour piano, très poétiques, laissent entrevoir l'héritage de Ravel. Sa partition de David et Goliath pour cuivres et percussion, retient l'attention par une verve rythmique qui n'est pas sans faire penser à Stravinsky. Claude Dubuis compose également des oeuvres chorales. Sa Cantate de la Parole a obtenu le premier prix au concours de composition organisé lors du 450e anniversaire de la Réforme dans le Pays de vaud.

Le musicien se fait aussi un nom dans le milieu de l'alpinisme en escaladant l'intégrale des sommets de Suisse romande. Il est décédé à Lausanne le 28 juillet 2014. "


Prédication : Philippe Morel, pasteur

Organiste : Christiane Cornu-Cavin

Musiciens : "Chœur du Jour", constitué pour l’occasion, avec Maude Meystre, soliste, Michel Carrard, clarinette, Etienne Rochat, trompette et Serge Schlaeppi, trombone, sous la direction de Frédéric Monnier.

Présentation : Sabine Petermann

Production : Sabine Pétermann

Prédication

« Que la Parole du Christ habite parmi vous dans toute sa richesse »

Nous vivons ce matin une très belle célébration grâce au chœur constitué pour chanter la Cantate de la Parole, et c’est un jour de fête pour nous ici à Echallens de partager notre culte avec vous, chers auditeurs, car cela n’était plus arrivé depuis quelques années.

Colossiens, chapitre 3 , versets 12 à 17
Jacques, chapitre 4 , versets 1 à 3
Marc, chapitre 9 , versets 33 à 37

Mais les lectures de ce dimanche viennent nous chatouiller en des endroits sensibles. Elles évoquent nos difficultés dans les contacts humains, elles évoquent une part d’ombre de nos personnes, de nos réactions dans nos relations.

Il y a la convoitise si bien décrite par Jacques : l’envie, le désir, l’herbe toujours plus verte dans le champ d’à côté. Cela fait écho à l’un des 10 commandements, donc, on peut dire sans trop risquer de se tromper que cet élan de la convoitise ne date pas d’aujourd’hui.

Paul, lui, répond à des problèmes d’exclusion, de ragot, de médisance, de colère à l’intérieur même du groupe des chrétiens. Je n’ai pas autrement besoin d’expliciter ces attitudes tant nous les expérimentons au quotidien dans différents groupes et tant nous savons que l’une ou l’autre fait partie de notre personne, de nos propres réactions.

Lire la suite

Enfin, les disciples de Jésus se chamaillent pour savoir qui est le plus important parmi eux. Cette recherche de réussite n’est que plus présente aujourd’hui dans notre société de compétition hyper concurrentielle qui n’est pas loin d’affirmer : « Réussis ou crève ! »

Comme les disciples, nous préférons souvent nous taire et ne pas trop évoquer ce qui bouillonne en nous, nos parts d’ombres, nos réactions pas toujours idéales face à un collègue de travail, un voisin, un compagnon de chambre, un étranger, un autre conducteur, ou même au sein de ma propre famille et avec mes proches.

En ce jour de jeûne fédéral, je pourrais vous exhorter à pratiquer le jeûne de ces attitudes qui mettent à mal nos relations, qui nous séparent, nous éloignent les uns des autres. C’est ce qu’on pourrait avoir l’impression d’entendre dans les propos de Paul : allez, un petit effort, quelques bonnes résolutions et ça ira mieux. Mais, comme au réveillon, l’échec est alors programmé. Ce n’est pas par moi-même, par mes seuls efforts, mes bonnes résolutions que je vais éteindre le feu de la colère, de la convoitise, de la dictature de mon égo, du désir de dominer. Il faut une action qui vienne de Dieu.

Il ne suffit pas de dire, « y’a qu’à », y a qu’à vivre des sentiments de compassion, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience. Le message pour ce jeûne fédéral du Conseil d’Etat vaudois met le doigt sur ce délicat passage à l’acte. Je cite : « Si énoncer ces valeurs est un acte fondamental, les vivre et les partager sont indispensables pour combattre l’intolérance et le fanatisme. L’harmonie de notre société repose en effet sur notre capacité d’écoute et de dialogue, mais aussi de partage pour que notre prospérité profite à toutes et tous. »

Et ce message de se référer au préambule de notre constitution vaudoise qui souhaite « une société mesurant sa force au soin qu’elle prend du plus faible de ses membres. »

Pour passer à l’acte, pour que notre critère premier soit le bien du plus faible, nous avons besoin de Dieu, besoin de ne pas nous en remettre juste à nos capacités et notre volonté. Cette action de Dieu, elle passe notamment par sa Parole. Ainsi Paul, face aux dysfonctionnements dans les relations, lance cet appel aux chrétiens de Colosse : « Que la Parole du Christ habite parmi vous dans toute sa richesse ».

Première question : comment réagiriez-vous si quelqu’un sonne maintenant à votre porte et demande s’il peut dormir chez vous ce soir ? Ceux qui se trouvent sur le chemin de St-Jacques de Compostelle connaissent parfois cette situation notamment du côté de la Broye, du Jorat, ou au bord du Léman.

Plus simplement, que ressentez-vous quand une personne demande à s’installer à votre table au restaurant, ou vient s’asseoir à l’église sur le même banc ou vient partager dans le LEB la courte banquette ?

Une parole qui habite, c’est une parole qui prend de la place, avec laquelle il faut compter, qui va influencer ma manière de vivre. Quand quelqu’un vient s’asseoir à côté de moi dans le train ou le bus, cela ne sera plus la même chose : est-ce que je me replie sur moi, est-ce que je me fais tout petit pour créer le maximum de distance avec l’autre ? Ou au contraire est-ce que s’établit un échange, un regard, une interaction, une proximité, voire même une parole.

Comment réagissons-nous quand la parole de Jésus, paroles des Evangiles, s’invite chez nous ? Quand elle vient habiter en nous ? Sommes-nous dans le retrait, l’indifférence ou au contraire le dialogue, l’ouverture, l’échange, la curiosité ? Quel était notre état d’esprit, tout à l’heure quand nous avons écouté les lectures de ce jour ?

Peut-être faut-il encore transformer le slogan de notre commune : « Echallens : un accueil, un art de vivre ». Au début de ce culte, nous en avons fait une confession de foi : « Dieu : un accueil, un art de vivre ». On peut ajouter le mot d’ordre suivant : « La vie chrétienne : un accueil, un art de vivre ».

La vie chrétienne, c’est un accueil de la Parole de Jésus, un accueil le plus large possible, le plus profond possible, le plus régulier possible.

Un accueil et un art de vivre, car la Parole du Christ, nous dit Paul, est pleine de richesses, de richesses pour notre vie, pour expérimenter l’art de vivre chrétien.

J’aimerais ce matin évoquer cette richesse avec les 5 titres que M. Claude Dubuis a donnés aux 5 parties de sa cantate, en lien avec notre manière d’établir des contacts.

Tout d’abord, il y a la Parole CREATRICE

Elle n’est pas castratrice, mais créatrice. La Parole n’est pas là pour interdire mais pour permettre. Ce n’est pas une parole d’abord du « ne-pas » mais d’abord du « tu peux ».

Cette dynamique créatrice, je l’entends dans ces premiers mots de Paul : « Puisque vous êtes élus, sanctifiés, aimés par Dieu, … » alors il y un rêve possible, un monde humain à vivre : la compassion, la bienveillance, l’humilité, la douceur, la patience - et on n’est pas du tout obligé de s’arrêter là en si bon chemin, la liste n’étant pas close !

Tu es élu, sanctifié, aimé par Dieu : tu as reçu de Dieu les ressources pour être créateur de vie, pour être créateur d’humanité, de l’humanité à l’image de Dieu en toi et autour de toi.

Tu es aimé, alors aime !

Tu es élu alors élis, élève, donne de l’importance à l’autre.

Tu es sanctifié, alors sanctifie, rends précieuse toute relation, toute personne que tu rencontres.

Ensuite, il y a la Parole INCARNEE

« Au nom de Jésus » dit Paul, « à cause de moi » dit Jésus. La Parole me relie à Jésus, c’est là que tout change, c’est en Jésus que surgit une vie nouvelle, nouvelle manière d’être, de vivre avec les autres : un art de vivre.

C’est ce qui se passe pour les disciples dans le récit entendu tout à l’heure. Les disciples discutent pour savoir qui est le plus important entre eux. Pas très brillant !

Jésus prend alors un enfant. Le mot « enfant » signifie à cette époque celui qui ne parle pas, donc celui qui n’existe pas (tout le contraire d’aujourd’hui). Il l’embrasse, signe très fort d’accueil et de reconnaissance, il le place au centre du cercle et il ajoute : « celui qui accueille cet enfant à cause de moi, c’est Dieu qu’il accueille. »

Pas besoin de grands discours : je vous laisse choisir qui vous placeriez aujourd’hui au milieu du cercle, celui qui est « sans », sans voix, sans papier, sans formation, sans réussite, etc. Celui qui l’accueille à cause de moi, dit Jésus, c’est Dieu qu’il accueille.

Remballés nos petits égos personnels. Remballées nos mesquineries, nos chinoiseries, dépassée cette focalisation sur moi qui oublie qu’aux yeux de Dieu chacun a la même importance.

Jésus est parole incarnée, concrétisée, accessible, parole faite chair. C’est au contact de Jésus, des évangiles, du Christ vivant, que mes réactions, ma manière d’entrer en relation peuvent vraiment évoluer et devenir nouvelles.

Passer du moi au nous, du tu au je. Du moi d’abord au nous ensemble ; du tu devrais, tu dois, au je m’implique, je m’engage.

Jésus est la Parole incarnée, engagée jusqu’au bout de l’amour, jusqu’à l’accomplissement de l’amour pour nous.

Suit la Parole ATTENDUE

Cela vous arrive peut-être d’attendre le repas de midi, de guetter une visite qui a promis de venir. Attendre, c’est être sur le qui-vive. Cette attitude, je la relie à tout ce que Paul évoque autour de la reconnaissance, très présente dans ces propos.

Vous avez peut-être entendu que les couples qui vivent heureux sont ceux qui expriment 10 fois, 20 fois par jour leur reconnaissance à leur conjoint. Est-ce que vous avez déjà essayé ? Pas évident du tout. Cela exige une grande attention à l’autre, à ce qu’il est, à ce qu’il fait, à ce qui a toujours été là comme aux nouveautés de chaque jour.

Cette étude scientifique devrait d’abord nous parler pour Dieu. Suis-je attentif à ce que Dieu m’a donné et me donne ? Ce qui est là depuis toujours comme ce qui est nouveau ? Suis-je admiratif devant ce qu’il est ? Est-ce que j’exprime qu’il compte pour moi ?

Etre reconnaissant, c’est s’attendre à l’autre et s’attendre à du bien de la part de l’autre.

La reconnaissance nous ouvre à accueillir la Parole, une parole de bien, une Bonne Nouvelle.

Le 4e titre est la Parole REVELEE

La Parole incarnée, c’est accueillir Jésus comme parole déterminante, transformatrice de la part de Dieu. Mais elle n’est pas donnée pour se cacher en moi, juste pour mon bien-être, mon usage personnel. Elle est donnée pour se révéler, se montrer aux autres.

C’est le but répété par Jésus dans les évangiles : que la parole incarnée en lui devienne révélée en nous. « Je dis cela pour que vous, vous … fassiez, alliez, agissiez ».

De l’espace de ce temple, de l’espace de cette heure de culte, comment la Parole de Jésus va se révéler dans l’espace public par ma vie ? Comment fera-t-elle partie de mes conversations, de mes idées, de mes avis, de mes réactions et de mes actes ?

Je rêve d’une progression virale… de l’un à l’autre, pas juste la parole du pasteur en chaire, mais la parole partagée, racontée, tweetée, peu importe, mais surtout transmise parce que cette Parole compte beaucoup pour moi. Parce que j’ai envie de la partager suite à son action dans ma vie.

M. Dubuis termine par la Parole VIVANTE

La Parole de Dieu, ce n’est pas une langue morte, stationnée dans la Bible, mais une langue vivante dans la dynamique de la résurrection de Jésus.

Ma vie chrétienne se fonde sur une parole écrite, mais elle vit du Souffle de l’Esprit qui m’associe aujourd’hui à la vie du ressuscité. La Parole, c’est une langue qui demande à être parlée, conjuguée dans le maintenant de mon existence.

Si je ne fais qu’étudier avec sagesse les mots de la Bible, elle risque de rester parole morte et muette. C’est dans le mystère de la résurrection que cette Parole devient vivante en moi, parlante et agissante en moi.

La Parole au matin de Pâques sort du tombeau, la pierre est roulée, la Parole n’est pas que des mots dans un livre, coincée entre des reliures, limitée par une page, mais elle est une force en action dans nos vies. Elle sauve, elle libère, elle unifie, elle relie, elle ouvre le possible de Dieu dans nos impossibles.

« Que la Parole du Christ habite parmi vous dans toute sa richesse. »

Que la Parole du Christ habite parmi nous comme parole créatrice, incarnée, attendue, révélée et vivante.

Voilà le mot d’ordre de cette cantate et je crois le mot d’ordre qui traverse les siècles pour le jour du Jeûne fédéral. Jeûner, c’est laisser la Parole de Dieu habiter en nous, oser compter sur sa richesse sans lui mettre de limites ou de freins.

Ce chemin pour que la Parole habite en moi passe par le fait de servir, nous dit Jésus, servir et non se servir. Il s’agit bien d’un chemin de jeûne, de simplicité, de conversion et d’accueil.

« La vie chrétienne, un accueil, un art de vivre » : qu’il en soit ainsi pour nous en laissant la Parole de Jésus habiter en nous avec toutes sa richesse.

Amen.

CANTATE DE LA PAROLE

1. La parole créatrice

Au commencement, la terre était informe et vide,

L’obscurité couvrait l’abîme.

Au commencement, l’Esprit de Dieu planait sur les eaux.

Dieu dit : « Que la lumière soit ! »

Et la lumière fut.

D’un mot, le Seigneur a créé le ciel,

D’un ordre, il a créé toute la troupe des étoiles,

D’un mot, il rassemble les eaux de la mer,

D’un mot, il retient prisonnier l’océan.

Il dit et la chose existe !

Il dit : elle apparaît !

Il dit : et tout est bien !

2. La parole incarnée

Au commencement existait déjà la Parole de Dieu,

Et la Parole était avec Dieu !

Et la Parole était Dieu !

La Parole a été faite chair : c’est le Christ le Seigneur,

Le Seigneur de la vie, le Seigneur de la lumière !

3. La parole attendue

Je devance l’aurore pour crier vers le ciel ;

Que mon cri te parvienne, ô mon Dieu, seul espoir ;

Ne laissant pas mon âme s’égarer loin de toi.

Sans se lasser, mon âme aspire à ton salut ;

Viens ouvrir mes paupières, viens éclairer mes yeux ;

Et qu’enfin, je contemple les merveilles de ta loi.

Tes paroles sont douces, si douces à mon palais ;

Mieux vaut ta Loi sacrée que mille objets d’argent ;

Je ferai mes délices de tes commandements.

4. La parole révélée

Qui me fera voir le bonheur ?

La Parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur,

Heureux ceux qui écoutent, heureux les yeux qui voient, heureux les vigilants.

Si tu veux aimer la vie et voir des jours heureux, préserve ta langue du mal !

Heureux ceux qui pardonnent, heureux ceux qui sont droits.

Prends soin des misérables, de celui qui est faible et qui souffre.

Heureux qui a soif de justice, qui a pitié des affligés.

Que toujours, tu recherches la paix. Heureux les doux.

5. Parole vivante

Dans ta Parole ô Dieu, je puise force et vie :

Elle est sur mon chemin le guide et le flambeau.

Elle est comme un soleil, dont la clarté bénie,

Dans l’ombre de la mort, fait luire un jour nouveau.

Ta Parole toujours me soutient dans mes luttes.

Quand le péché sur moi retrouve son pouvoir,

Par elle je suis fort, et même après les chutes,

Tu m’offres ton pardon et tu me rends l’espoir.

C’est un rempart que notre Dieu,

Une invincible armure,

Un défenseur victorieux, une aide prompte et sûre.

L’ennemi contre nous redouble de courroux ;

Vaine colère, que pourrait l’adversaire ?

L’Eternel détourne ses coups.

Que les démons forgeant des fers, menacent ton Eglise

Ta Sion brave les enfers, sur le rocher assise.

Constant dans son effort, en vain avec la mort,

Satan conspire pour briser son empire,

Il suffit d’un mot du Dieu fort.

Amen ! Alléluia !


Philippe Morel, pasteur
Philippe Morel, pasteur

Philippe Morel est né au pied du Jura et a rejoint la paroisse de La Sarraz avec sa famille au début de son adolescence. Après avoir suivi des études à la faculté de théologie de Lausanne, il rejoint sa première paroisse: celle de Mézières, devenue la paroisse du Jorat. Marié à Florence et père de deux enfants, il poursuit actuellement son ministère dans la paroisse d'Echallens.

Lire la suite

En 2014, il reprend la responsabilité de la coordination régionale à mi-temps et collabore étroitement avec Mme Corine Richard.

Il perçoit la vie chrétienne comme une invitation à un art de vivre dans le souffle de l’Esprit et l’espérance de la résurrection et tente de partager ce chemin avec les personnes qu'il rencontre.

Photos
Commentaires

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Liens

En lien avec ce culte, nous vous proposons une sélection de sites internet dont le contenu se rapporte à cette célébration.


Faire un don

Faire un donGrâce à votre soutien, vous nous permettez d'améliorer ce site internet et de vous proposer gratuitement le téléchargement des textes de prédication.
Faire un don

Contact Médias

RTS - Lausanne
Service Protestant de Radio

Formulaire email + plan d’accès

RTS - Genève
Service Protestant de TV

Formulaire email + plan d’accès

Contact Liturgie & Musique

Plateforme Liturgie et Musique de la CER

Ch. des Cèdres 7
1002 Lausanne
+41 21 331 56 82
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Suivre célébrer

Et aussi :

© 2019 celebrer.ch - un service de Médias-pro
RTS Religion