Bookmark and Share

Ne pas passer à côté de mon Prochain... toute une histoire!

Temple de Travers (2/3)
Diffusé sur Espace 2 le 14-07-2019
Télécharger la prédication Créé un fichier PDF téléchargeable de la prédication
Ecoute
© Famille FragnièreTélécharger le culte Clic droit puis "Enregistrer la cible sous"

En collaboration avec :

Espace2

On peut parfois «passer à côté de son Prochain» par peur, par manque de temps, par ignorance… comme le Lévite et le Prêtre de la parabole du Bon Samaritain. Mais dans le fond, c’est qui mon Prochain ?


Prédication : Véronique Tschanz Anderegg, pasteure

Co-célébrant : Marianne Perrin, conteuse, et Marinette Jequier, lectrice

Organiste : Jean-Samuel Bucher

Présentation : Noriane Rapin

Prédication

Ne pas passer à côté de mon Prochain

Qui n’a jamais vécu l’expérience douloureuse de « passer à côté » ? Comme par exemple, passer à côté d’une rencontre, d’une opportunité de se mettre au service d’un ami ? Ou encore, passer à côté d’un coucher de soleil, passer à côté des joies et des peines de mes enfants, de mon collègue ? Je pense que, comme le prêtre et le Lévite de la parabole, nous passons souvent à côté les uns des autres… ou pour l’exprimer autrement : nous passons à côté de notre prochain.

Deutéronome, chapitre 30 , versets 11 à 14
Luc, chapitre 10 , versets 25 à 35

Mais qui est mon prochain ?

Cette question formulée par le docteur de la loi à Jésus posait un réel problème aux rabbins de l’époque. Les pharisiens et esséniens considéraient comme des prochains seulement ceux qui faisaient partie de leur confrérie.

La majorité des rabbins enseignaient que tous les Juifs étaient des prochains ; par-contre, ils estimaient que le commandement d'amour ne concernait ni les païens ni les idolâtres.

Lire la suite

Enfin, il existait des rabbins très ouverts, qui pensaient que tous les êtres humains étaient des prochains, quelles que soient leur race, leur nationalité, leur religion.

Jésus se positionne clairement en faveur de cette dernière façon de voir. Mais il va plus loin. Il raconte la parabole pour que la réponse soit apportée du point de vue du blessé.

Car si on avait posé la question « Qui est ton prochain ? » au blessé, il aurait pu répondre ceci : « Je me fiche complètement de vos débats théologiques. Ça m’est égal que vous soyez prêtre, Lévite ou un Samaritain impur. La seule chose qui compte, c’est que vous vous arrêtiez, que vous reconnaissiez ma souffrance. »

Le vrai problème, ce n'est pas le débat théologique du docteur de la loi. Ce n’est pas son interprétation qui est importante – non ! La vraie urgence, c’est cet homme blessé, à terre, démuni et souffrant.

Et c’est peut-être une première piste pour découvrir qui est mon prochain : pour considérer quelqu’un comme mon prochain, je dois apprendre à me décentrer de moi-même, à m’ouvrir à d’autres façons de penser, sans me renier, mais en élargissant mon horizon d’expériences et de rencontres.

La deuxième piste, c’est de voir mon prochain comme celui qui s'approche de moi, qui ne passe pas à côté, qui s’arrête pour m'aider, pour partager mes joies, pour m’épauler dans la réalisation de mes rêves.

Parfois, par fierté, par pudeur ou par peur, nous n’osons pas demander de l’aide. Alors nous passons à côté de cette réalité humaine à savoir : nous sommes dépendants les uns des autres. Il ne faut jamais oublier la force que nous recevons de celles et ceux qui nous entourent ou que nous rencontrons au détour de chemin. Si on y réfléchit d’un peu plus près, notre route est jalonnée de Samaritains qui se sont faits nos prochains et qui nous ont fortifiés.

Cela m’amène d’envisager une troisième piste pour découvrir qui est mon prochain. Lorsque nous sommes dans ce mouvement d’amour du Samaritain, prochain, c’est Dieu qui agit à travers nous. A notre insu, Dieu se rapproche de nous et finalement devient notre prochain. Ainsi, le mot prochain prend une signification beaucoup plus large : il n’est plus seulement celui qui est en face de moi, mais Dieu devient mon tout proche.

Si Dieu devient mon prochain, il n’est plus le lointain, l’inaccessible, comme on le désigne parfois. Nous rejoignons ainsi le passage du Deutéronome que nous avons entendu tout à l’heure. Si on remplace le mot « commandement » par « Dieu », cela donne :

« Dieu n’est pas difficile à atteindre. Il n’est pas au-delà des mers et nous n’avons pas à aller au-delà de la mer pour le trouver. Dieu est tout proche, il est dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu mettes sa volonté en pratique. »

La quatrième piste que je vous propose pour avancer dans notre perception du prochain m’a été offerte par une dame que j’ai rencontrée dernièrement dans un centre de soins palliatifs.

Cette femme était au clair sur sa mort prochaine. Sa souffrance se situait plutôt autour de tous les actes qu’elle ne pouvait désormais plus accomplir : elle a établi une longue liste : elle était désormais incapable de marcher, de faire la cuisine, d’accompagner sa famille pour des sorties, de faire le ménage de se subvenir à elle-même. Mais à la fin de sa liste, elle a ajouté : « Heureusement, je pourrai encore ‘Être’ ! »

J’ai trouvé cette réponse tellement belle et profonde. Je l’ai alors invitée à établir une autre liste de tout ce qu’elle pourrait encore Être : « Je pourrai Être jusqu’à la fin une épouse, une maman, une femme de foi et de prières, une femme d’espérance, un témoin de la beauté de la vie. »

Je suis très reconnaissante envers cette dame, car elle m’a rappelé quelque chose d’essentiel : la question du prochain se joue dans l’Être et pas seulement dans le Faire.

Être dans la vérité, dans l’authenticité, c’est ne pas passer à côté de l’autre, mais au contraire, c’est en prendre soin.

Être vrai, dans ses forces comme dans ses fragilités, c’est respecter sa condition d’être humain, faillible, capable du meilleur comme du pire, et créé ainsi par Dieu. C’est se montrer le prochain de l’autre et de soi-même.

Tout à l’heure j’ai fait allusion à nos ratés d’être « passés à côté » de notre prochain. Eh oui ! Même en cernant mieux qui est mon prochain, je ne peux que constater que nous peinons à vivre ensemble, que ce soit dans nos cercles familiaux, paroissiaux, professionnels et autres.

Alors que faire ? Avoir des regrets, des remords, de la culpabilité ? S’auto-flageller, pleurer, s’enfermer, et renoncer à toute tentative de vivre ensemble ?

Je vous invite à revenir à la parabole et à observer ses protagonistes. Je pense que nous pouvons nous identifier à tous les personnages de cette histoire. N’avons-nous pas été un jour ou l’autre :

- Brigands… de par notre violence,

- Prêtre… de par notre indifférence,

- Lévite… de par notre rigidité légaliste,

- Blessé… de par la vie

- Samaritain… de par notre amour désintéressé,

- Âne… de par notre partage de fardeaux avec d’autres,

- Aubergiste… de par notre aide mesurée ?

Ils sont tellement comme nous ces personnages. En eux se côtoient : ombres et lumières, peur et courage, maltraitance et soin.

En se prenant pour ces personnages, le risque serait de se montrer fataliste et de se dire que, finalement, que nous soyons Lévite ou Samaritain, ça ne fait pas une grande différence, « C’est la vie ! »

Non ! Ne nous y trompons pas : il y a une invitation claire de Jésus à être Samaritain, à ne pas passer à côté de mon prochain ! Nous devons tendre à cette voie, avec nos limites humaines.

Mais sur ce chemin, nous pouvons avancer en toute sérénité et dans la confiance absolue que c’est d’abord Dieu qui est notre Prochain.

C’est parce que je me sais aimée de Dieu que je peux l’aimer et, dans un même mouvement, aimer mon prochain… celui, celle-là même qui est aussi enfant de Dieu.

Amen


Véronique Tschanz Anderegg, pasteure
Véronique Tschanz Anderegg, pasteure

Véronique Tschantz Anderegg vit actuellement à La Chaux-de-Fonds. Elle aime sa région, malgré la dureté du climat, mais qui correspond à son besoin de forêt et de nature. Mais ce coin de Jura se caractérise aussi par sa spontanéité dans les contacts sociaux… ce qui lui correspond également!

Lire la suite

Elle a pour habitude de se présenter en disant qu'elle a appris quatre métiers: cheffe d’entreprise familiale (elle a la chance de vivre avec un mari, 3 enfants, 2 chiens et 2 chats), pasteure, aumônière et accompagnatrice en moyenne montagne.

Véronique vient de débuter dans la paroisse du Val-de-Travers et se réjouit de découvrir de nouveaux paroissiens et de nouveaux lieux de randonnée à faire partager.

Photos
Commentaires

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Liens

En lien avec ce culte, nous vous proposons une sélection de sites internet dont le contenu se rapporte à cette célébration.


Faire un don

Faire un donGrâce à votre soutien, vous nous permettez d'améliorer ce site internet et de vous proposer gratuitement le téléchargement des textes de prédication.
Faire un don

Contact Médias

RTS - Lausanne
Service Protestant de Radio

Formulaire email + plan d’accès

RTS - Genève
Service Protestant de TV

Formulaire email + plan d’accès

Contact Liturgie & Musique

Plateforme Liturgie et Musique de la CER

Ch. des Cèdres 7
1002 Lausanne
+41 21 331 56 82
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Suivre célébrer

Et aussi :

© 2019 celebrer.ch - un service de Médias-pro
RTS Religion