Bookmark and Share

Culte transmis du Temple de Dombresson (NE)

Diffusé le 17 novembre 2013 sur RTS Un

Télécharger la prédication Créé un fichier PDF téléchargeable de la prédication
Visionner

«L’avenir est entre témoins»

Inspiré du slogan «Témoins aujourd’hui» en lien avec le 50e anniversaire de DM - échange et mission*, le culte est proposé par une équipe de moniteurs et monitrices de l'Eglise protestante de Neuchâtel.

Secondés par une équipe de jeunes, ils s'interrogent sur le rôle des témoins dans la transmission du message évangélique. Ils mettent en mots et en scène leur manière de vivre et de témoigner de la pertinence du message biblique au quotidien.

Marie-Eve Fehlbaum et le Band Manu Gerber & co accompagnent la célébration transmise en direct du temple de Dombresson dans le canton de Neuchâtel.

Laure Devaux Allisson, pasteure responsable de la formation cantonale des moniteurs accompagne le groupe et assure la prédication.

* DM-échange et mission est le service des Eglises protestantes romandes pour des projets de mission, de formation et de développement communautaire en partenariat avec des Eglises du Sud.  


En partenariat avec Médias-pro
Réalisation : Murielle Landry
Production : Pierre-Alain Frey

Prédication

Une prédication de Laure Devaux Allisson

Message joué par Gaétan Jeannet (Po), Joanie Wannenmacher (Pr), Dimitri Maire (S), Clémentine Fellay (X), Guillaume Klauser (T)

Un policier dans un bureau d’archives à son bureau qui fait de la paperasse. Le procureur entre.

Po: Bonjour Madame le procureur!

Pr: Bonjour, je viens chercher le dossier de l’affaire contre Pesse! Est-ce que vous l’avez déjà classée? Son procès commence demain.

Po: (cherche sur son ordinateur) Pesse, Pesse, Pesse….ah voilà rangée 9A, affaire PE/33-4-06 (va chercher les boîtes dans l’étagère et la ramène). Voilà…Tout ce qu’on a se trouve là-dedans, une petite signature ici et vous pouvez les emporter (lui fait signer un formulaire)

Pr: Merci beaucoup. Et dites, pendant que je vous ai sous la main, plusieurs faits nouveaux sont apparus et des témoins semblent sortir de leur silence dans une vieille affaire qui prend la poussière depuis un bon moment. Le Ministère veut rouvrir l’enquête et m’a chargé de vous confier l’instruction. Il s’agit du dossier LC/24-1-12, la disparition d’un corps si ma mémoire est bonne, je vous laisse poser un nouveau regard sur cette affaire, voyez ce que vous pouvez trouver.
Le procureur s’en va

Po: (cherche dans les boîtes) LC/24-1-12…LC/24-1-12….Ahhh voilà…Trouvé.

Le policier prend les boites, les ramène au bureau et les ouvre pour sortir quelques dossiers, reprend sa chaise et commence à lire un moment

Po: Elle est marrante elle, c’est drôlement vieux son histoire, je ne sais pas bien ce que je vais pouvoir en tirer…

Le téléphone sonne

Po: Police cantonale, Département des affaires classées, Bonjour!.....Ah Bonjour Madame le Procureur qu’avez-vous encore à me dire?...Que je commence par le témoignage d’un certain Matthieu? Pièce 28-11-15...D’accord…Ah il est mort lui aussi…Je cherche le procès-verbal de son audition et je m’y mets…Très bien. Merci Madame le Procureur…Oui bonne journée à vous aussi. Merci!

Le policier cherche et sort un vieux papier à peine lisible

Po: Hé ben, pas en bon état ce témoignage. Tu m’étonnes après tout ce temps. Alors qu’est-ce ça raconte…je n’arrive pas à lire un mot sur 3… ça va être coton…(lit rapidement en parlant indistinctement)…Alors de ce que j’ai compris il s’agirait d’un certain Jésus, dont le corps aurait disparu 3 jours après sa mort, et selon ce que raconte Matthieu dont on ne peut distinguer le nom de famille, il aurait été volé par des …par des quoi…des disciples… qui auraient corrompu les gardiens pour qu’ils ferment les yeux…Ca me parait déjà tiré par les cheveux cette histoire…Et je suis même pas sûr d’avoir tout compris… Je vais appeler un de ces gars du labo pour qu’il nous donne son avis sur ce document…

Le policier prend le téléphone

Po: Le laboratoire scientifique? J’aurais besoin de vos lumières; vous pouvez m’envoyer quelqu’un? Merci.

Le policier lit ses dossiers; le scientifique arrive

S: Bonjour Inspecteur, on avait besoin de mes services?

Po: Absolument, après la lecture d’un témoignage farfelu dans une ancienne affaire qu’on a rouverte, je sollicite votre expertise sur la crédibilité de ce document…

Le policier lui tend le document

S: Oula…Ah ouais quand même…Pas en bon état votre histoire……Bon alors le papier est bien conservé c’est déjà ça mais là…franchement...Tout ce que je peux vous affirmer c’est que votre Matthieu parle effectivement d’un vol de cadavre…Après il y a vraiment trop de bouts illisibles…C’est trop difficile d’affirmer quelque chose sur cette base…Si vous voulez mon avis…Votre Jésus, il n’est pas mort…si ça se trouve il n’a même pas existé…Un corps ne disparaît pas comme ça, je peux vous le garantir…Et puis dans le reste de ce témoignage votre Matthieu commence à parler de miracles…Je pense plutôt que vos gars ont interrogé un junkie qui était encore en train de planer…

Po: Heu, ouais enfin attention quand même… ces témoignages sont considérés comme capitaux pour la tradition chrétienne, vous ne pouvez pas tout remettre en question comme ça! La foi c’est quand même un sujet délicat, hein…vous y allez un peu fort je trouve…

Le procureur revient avec X (notre porte-parole)

Pr: Alors alors Inspecteur, ça avance cette enquête?

Po: Et bien, je viens de consulter ce Monsieur du labo (il le désigne du doigt), qui me dit que notre Matthieu était un original et que notre Jésus n’aurait jamais existé…

Pr: Et bien je pense qu’il se trompe…et je vous amène un autre témoin qui pourra peut-être nous aider à y voir plus clair…Mais d’après ce que je sais de cette affaire, il a bel et bien existé notre bonhomme.

X: J’ai entendu dire qu’il serait ressuscité et que c’est pour ça que personne ne l’a retrouvé dans son tombeau…

S: Ola…Ola….Je vous arrête tout de suite, je sens que ça part en cacahuète…ça parle déjà de résurrection…Ça c’est une belle invention pour expliquer un truc qu’on ne comprend pas… S’il-vous-plait…Faudrait veiller à pas dire n’importe quoi sans preuve…

Pr: Et ces gardiens alors? C’est quoi cette histoire de pots-de-vin? Est-ce que je les inculpe pour complicité?

S: Alors ça c’est plus probable déjà… ça, ça me parle… on est dans du concret…Peut-être simplement qu’il voulait se faire connaître, et qu’il a fait croire qu’il était mort et après avoir mis un autre cadavre dans le cercueil, il a payé les gardes pour aller le récupérer et le faire disparaitre…

X: Attendez! Parce que d’après mon voisin, il aurait été enlevé par des extraterrestres, mais comme on ne savait pas encore qu’ils existaient, on a inventé plein d’histoires pour rendre cette disparition explicable…Ca collerait avec toutes les versions ça non?

S: La résurrection…et maintenant des extraterrestres!!! Vous l’avez trouvé où cette bonne femme? Sérieusement…Si c’est pour entendre ça, ce matin j’aurais mieux fait de me briser les deux membres inférieurs…

Pr: Ou bien simplement…il avait trompé sa femme…elle l’a fait tuer sur une croix par la mafia romaine…et puis après elle a payé les gardes pour récupérer son corps et le faire manger à ses chiens…et elle a maquillé le tout en résurrection…

Po: C’est un peu tiré par les cheveux je trouve…Mais Matthieu parle d’une femme, ou de plusieurs femmes dans son audition…peut-être qu’on s’approche…

S: Oui bon…de ce que j’ai lu elles auraient dit qu’un ange les aurait rassurées et que Jésus leur serait apparu sur le chemin du retour…Autant dire que leur manière de témoigner n’a d’égal que celle qu’elles ont de conduire…

Po: Ahah bien dit…Et avec leur sens de l’orientation…elles auraient aussi bien pu se tromper de tombeau de toute manière…alors je crois qu’il ne faut pas trop accorder d’importance à cette histoire…

Le téléphone sonne

Po: Police cantonale, département des affaires classées, bonjour… oui, parfait, son aide nous sera précieuse ! Merci, faites-le monter.

X: C’est pas pour embêter avec ma résurrection…mais vous pouvez dire tout ce que vous voulez…toutes vos histoires sont encore plus farfelues que la mienne…elles n’expliquent pas la moitié de ce qu’il y a dans ces boîtes…

Le théologien entre

Pr: Bonjour Monsieur, bienvenue.

T: Bonjour, Madame le Procureur (se serrent la main)

Pr: Nous vous avons fait venir dans nos locaux car vous êtes un spécialiste de la tradition chrétienne. Nous souhaitons vous entendre comme témoin dans une affaire concernant un certain Jésus et sa potentielle résurrection.

Po: Pour résumer, nous disions que la piste du tombeau vide est une impasse, elle ne nous mène nulle part.

Pr: En effet, la disparition du corps de Jésus ne constitue pas selon nous une preuve matérielle de la résurrection.

Po: Quelles autres pistes voulez-vous que nous suivions?

Pr: Reprenez l’audition de Matthieu qui parle de femmes qui ont vu un ange.

T: (au policier) Permettez?

Po: Faites, faites.

Théologien et procureur fouillent dans les dossiers pendant que policier lit

Po: D’après le dossier de Matthieu, l’ange a dit aux femmes «N’ayez pas peur. Je sais que vous cherchez Jésus, celui qu’on a cloué sur la croix; il n’est pas ici; il est revenu de la mort à la vie, comme il l’avait dit».

T: ( l’interrompt) Oui… c’est ça, c’est ça… il me semblait bien que ce témoignage m’en rappelait un autre… oulà, même plusieurs autres….

Po: Oh oui, alors. Il y a un quelque chose chez Marc, et une déposition de Luc qui parle de femmes qui ont vu un ange. Les témoignages diffèrent un peu mais concordent sur le fait que l’ange leur a affirmé que Jésus n’était plus à chercher dans le tombeau mais qu’il était vivant.

Pr: J’ai mieux encore! D’autres témoins ont raconté que Jésus serait même apparu à plusieurs personnes: à Pierre, à Paul, à Thomas.

X: Ah oui, je me rappelle de son histoire, à ce Thomas. Il a eu bien de la chance, le Thomas: (sur un ton ironique) «Zut, j’ai pas pu voir Jésus vivant comme mes potes disciples, ah ben pas grave, Jésus apparaît rien que pour moi.»

Po: Et vous avez vu dans la déposition de Luc? Ces deux témoins qui ont passé toute la journée avec Jésus et qui ne l’ont même pas reconnu.

X: Ah ben si quand même: le soir, au moment où il a partagé le pain à table.

Po: Je peux vous dire moi, que si j’avais la chance de rencontrer un personnage de son importance, je le reconnaîtrais, moi!

Pr: Bon, mais ce n’est pas ça l’essentiel, ce qui compte c’est qu’ils aient reconnu Jésus vivant. A nouveaux, plusieurs témoignages s’accordent.

S: Pardonnez-moi, mais le fait que plusieurs personnes aient vu Jésus après sa mort ne constitue pas une preuve de résurrection. Rien de tout cela ne dit comment une telle chose a pu se passer!

Po: Reprenons: nous avons un fait historique: celui de la mort de Jésus en croix.

Pr: Sommes-nous bien sûrs que c’est un fait historique?

T: Oui, puisqu’on en retrouve la trace dans des textes écrits par les Romains qui occupaient le territoire à l’époque. Eux aussi se sont faits témoins, un peu sans le vouloir. Mais pas témoin de la résurrection, seulement de l’acte qui a engendré tout cela. Leur croyance n’est pas la même.

Pr: Je commence à y voir un peu plus clair. Mais… quand même: elle est où est la preuve de la résurrection?

X: Mais la preuve, c’est bien les témoignages que vous avez retrouvé dans ces boîtes, la preuve, non?

S: (s’énerve) Mais non ! il n’y en a aucune justement! Il n’y a aucune preuve de la résurrection de Jésus. Le phénomène des apparitions ne peut pas être considéré comme un fait historique. Le seul fait historique est celui de la mort en croix.

X: Mais alors, il en est sorti de son tombeau ou pas?

Po: Eh bien d’après les témoignages féminins de l’affaire, il était là le soir avant, et pouf! le matin il n’était plus là. Donc, sans faire de conclusions hâtives, on peut dire qu’il y a eu du mouvement.

X: Donc en fait, on s’en balance de la résurrection. On sait juste qu’il en avait marre de rester allongé dans un endroit humide et sombre, alors il a fait comme le malade à qui il avait ordonné de se lever et de marcher.

Pr: (estomaqué) On s’en balance de la résurrection?!

T: Non, Madame, on ne s’en balance pas comme vous dites. L’important n’est pas de savoir qu’il y a eu un acte de résurrection physique. Entendons-nous. Il faut comprendre la résurrection comme un message d’espoir: tout ne s’arrête pas là.

S: Non, mais tout ça, ça vaut rien, des clous! Pour essayer de trouver une conclusion, il nous faut des preuves historiques. Sans cela, nous ne pourrons jamais boucler cette affaire!

X: Pour moi, ça devient compliqué: je ne sais plus trop où j’en suis. On cherche depuis un moment des preuves de la résurrection de Jésus, et moi je ne sais même plus pourquoi on s’interroge là-dessus! Pourquoi on se pose tant de question sur cette résurrection?

Pr: Mais bien sûr, voilà des heures que nous essayons de voir comment une telle chose est possible, et nous ne nous sommes même pas posé la question du mobile! Quelle erreur de débutant!

PO: Ah oui… pourquoi Jésus serait-il ressuscité?

X: Pour effacer la honte de s’être fait clouer sur une croix, non?

T: Ah, non, non, non... Si nous nous référons aux dossiers nous voyons bien que la résurrection ne veut pas nier la mort de Jésus.

S: Tout à fait d’accord, la mort ne s’efface pas. La mort de Jésus est une mort clinique, définitive.

T: Et avec la résurrection, les premiers témoins ont voulu donner un sens à cette mort.

Pr: De son vivant, Jésus a toujours – dans ses actes et ses paroles – redonné une place digne à l’être humain ; il a toujours offert à l’homme et à la femme la possibilité d’un avenir. Difficile de se dire que tout cela allait disparaître au moment de sa mort.

X: Mais oui, le message que Jésus a transmis pendant sa vie, ses gestes d’ouverture aux autres, tout cela était tellement important, tellement nouveau, tellement différent, que ça ne pouvait pas s’arrêter, même après sa mort.

Pr: d’où la proclamation de la résurrection…

Po: (fouille dans ses dossiers) Vous avez raison, c’est très intéressant… tous les témoignages ont cela en commun : ces dépositions sur les apparitions ne sont pas de simples compte-rendus formels, mais plutôt de récits animés par le besoin de transmettre un message.

X: Vous pouvez préciser?

T: La résurrection est la promesse que la cause de Jésus continue.

Pr: Ce serait donc ça le mobile: parler ainsi de la présence de Jésus ressuscité va redonner à la vie des premiers témoins - et pourquoi pas à la nôtre aussi - toute sa portée de sens et de confiance.

Po: C’est une promesse qui donne de l’élan pour se tourner vers la vie. On pense toujours que la vie se réduit à un nombre d’années. On croit que la vie c’est un CV bien rempli. Ben non, la vie c’est simplement croiser le regard des autres, se mettre à table avec eux pour partager un bout de nos existences. La vie, c’est ce qui circule entre nous.

Pr: Et c’est peut-être là l’enjeu de cette quête: comment continuer de faire vivre ce message de résurrection?

S: En effet, comment faire gober une histoire pareille à des gens?

X: Rrrho. Il ne s’agit pas de faire gober quoi que ce soit à qui que se soit. Il s’agit juste de montrer que tous ces vieux témoignages nous concernent encore aujourd’hui: ils affirment que Dieu est présent dans notre vie! Eh ben moi, ça, ça me donne envie de danser! (petit pas de danse)

T: Oui vous avez raison. Ce dossier ne mérite pas de prendre la poussière sur une étagère, il ne mérite pas qu’on le referme une fois pour toute!

Théologien enlève les dernières boîtes de l’étagère

X: De toute façon, on n’enfermera pas Dieu et sa cause dans une boîte! On a vu dans toutes les dépositions que Dieu est plutôt surprenant; il se manifeste même là où on ne l’attend pas! Peut-être même dans le visage de mon voisin qui croit aux extraterrestres…

Po: Et maintenant qu’on sait que cette affaire ne fera jamais partie des affaires classées, il s’agit de voir comment on va continuer.

Pr: Ca, c’est le défi des croyants de tous temps, jusqu’à aujourd’hui: passer le témoin plus loin.

Po: Mais comment?

X: Ben, peut-être en continuant de s’interroger, en continuant de confronter notre manière de vivre au message de l’Evangile? Et pourquoi pas en acceptant que ce message vienne bousculer nos vies parfois un peu étriquées?

S: Ah oui, intéressant… je me rends finalement compte que ce que véhicule la résurrection n’est rien d’autre qu’un encouragement à donner du sens à ma vie, à mes actes, à mes rencontres… Même si je reste convaincu que c’est scientifiquement impossible qu’un corps mort revienne à la vie!

T: (amusé) Ne vous en faites pas, cher confrère, personne n’est forcé à croire pareille chose. La résurrection, avant de s’expliquer, elle se vit chaque jour. L’enjeu principal, c’est d’accepter d’en être témoin, comme l’ont fait tous ceux qui nous ont précédé dans le christianisme.

Le policier s’assied sur sa chaise et enlève son képi

Po: Et bien, dites donc! ça secoue cette affaire! mais quel beau boulot! Ce dossier méritait en effet qu’on le ressorte des archives!

Pr: Oui, merci, Madame, Messieurs, de nous avoir fourni vos précieux témoignages. Nous avons fait du beau boulot, c’est vrai! Mais il reste du pain sur la planche: comme cela a été dit, on ne va pas clore cette affaire une fois pour toute. Alors, allez, donc, n’hésitez pas à passer le témoin plus loin! Faites savoir au monde entier que le Christ est ressuscité! Faites de tous les habitants de la terre des témoins. Témoins de l’amour que Dieu porte à chacune et chacun en nous rejoignant de manière surprenante au milieu de nos existences!

Faire un don

Faire un donGrâce à votre soutien, vous nous permettez d'améliorer ce site internet et de vous proposer gratuitement le téléchargement des textes de prédication.
Faire un don

Contact Médias

RTS - Lausanne
Service Protestant de Radio

Formulaire email + plan d’accès

RTS - Genève
Service Protestant de TV

Formulaire email + plan d’accès

Contact Liturgie & Musique

Plateforme Liturgie et Musique de la CER

Ch. des Cèdres 7
1002 Lausanne
+41 21 331 56 82
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Suivre célébrer

Et aussi :

© 2019 celebrer.ch - un service de Médias-pro
RTS Religion